Mis en avant

Mon premier article

 » Ecrire est s’ouvrir à toutes les possibilités »

« Tout ce qu’il nous entoure rend l’oeuvre possible. »

Lidia Castagna

 » C’est peut-être ça et rien de plus, être écrivain : fermer les yeux pour les garder grands ouverts, n’avoir ni Dieu, ni maître et nulle autre servitude que la page à écrire, se soustraire au monde pour lui imprimer sa propre illusion. »

— . François-Henri Désérable — .

Ceci est le premier article sur mon nouveau blog. Je commence tout juste à lancer ce nouveau blog, alors restez à l’écoute pour en savoir plus. Abonnez-vous ci-dessous pour être averti lorsque je publie de nouvelles mises à jour.

Publicités

L’ECOUTE ACTIVE

Qu’est-ce que c’est?

Carl Rogers, psychologue et humaniste americain, elabora le concept de l’écoute active », qu’il utilisait alors dans ses séances de psychotérapie. Au contraire de l’écoute passive, ce comportement est bienveillant et interagit avec l’interlocuteur pour le mettre dans un état de confiance et aisance. En bref, montrer de l’empathie envers la personne que communique avec nous facilite la relation. C’est une sorte d’ adaptement, puisque la « bonne communication » vient des deux sens. Tout cela évite les conflits relationnels, instaure une confiance réciproque, fait sentir l’interlocuteur compris et valorisé, est un comportement bienveillant, et comme toute attitude bienveillante, il recherche le bien de l’autre.

On voudrait tous se sentir comme ça lorsque nous nous adressons à quelqu’un, cette attitude est vraiment importante et à adopter entre nous. N’oubliez pas que nous sommes les protagonistes de notre histoire de vie et les aimants de ce qu’il nous arrive.

La communication

Deuxième réflexion

Hé oui, bien parler, bien communiquer, ça reste compliqué mais très important. Si seulement tout le monde savait prendre le temps de décoder les sentiments de l’autre, ses gestes et son ton de manière appropriée, pour pas qu’ils se créent des mauvaises compréhensions… Si tout le monde savait aussi s’adresser aux gens de façon à ne pas les blesser ou les dénigrer… Que ça soit verbale ou non, la « bonne communication » suit des règles spécifiques: le message à passer devient un vrai et propre rôle de théâtre, le locuteur doit respecter un ton spécifique, une expression qui est en corrélation avec le contenu qu’il transmet, montrer un vrai sentiment de colère, dégoût, joie ou tristesse face à cette information. Or, nous ne raisonnons pas tous comme ça: on peut très bien dire à l’autre « Ravie d’avoir fait ta connaissance » en montrant une expression de dégoût. Attention à nos pensées et émotions, encore une fois nous ne devons pas être transparents, mais se montrer un minimum bienveillants et polis. Je l’appelle le « masque de la bienveillance », nos devons rester sensibles à l’autre, à notre univers et au sien.

suite…

suite premiere reflexion

Cicéron veut nous communiquer que être des personnes sociables ne vient pas forcement de la sincérité d’âme. Si bien que dans son ouvrage De Officiis (« traité des devoirs »), composé de trois livres et paru en 44 avant J.-C., il parle de l’honnêteté dans le premier, nous vivons actuellement dans une société ou cela n’a plus beaucoup d’importance. Les gens trop franches sont, aujourd’hui, mises à l’écart et dénigrés. C’est malheureux, mais, pour bien socialiser, nous ne devons pas être transparents, nous devons trouver l’équilibre entre dire ce que l’en pense et s’adapter aux autres. Nous ne devons pas non plus mentir, cela serait contre-productif. L’important est toujours la manière dans laquelle nous disons ce que l’on pense, et de ça j’en parlerai dans mon prochain article sur la communication.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer